Actualités

Actualités Liber Libra

Samedi 7 Septembre 2019 à 19h

Soirée théâtrale chez Liber Libra à Hyères : l’Atelier amateurs d’Eguilles de théâtre intergénérationnel présente « les cigales » d’Elizabeth Mazev, dans une mise en scène de Bérénice Benedetto.

Du 19 au 23 septembre 2019

La poésie voyage … Albertine Benedetto est invitée aux Rencontres internationales de poésie de Belgrade. Quelques uns de ces poèmes ont été traduits par le poète et traducteur Kolja Mićević.


La papeterie Tsubaki

OGAWA Ito. La papeterie Tsubaki. Édition Picquier, août 2018

« L’automne c’est peut-être une saison qui donne envie d’écrire. Ces derniers temps, les commandes se succédaient. Mes services d’écrivain public étaient sollicités, la plupart du temps pour une lettre d’adieu, un mot de réconfort après une catastrophe naturelle, des encouragements à un étudiant qui avait échoué à un entretien d’embauche ou un message d’excuse après une bourde commise lors d’une soirée alcoolisée, bref, pour tout ce qui est difficile à dire en face. Dans le lot, j’ai reçu commande d’une lettre ordinaire. – Est-ce-que vous rédigez aussi des lettres banales ? m’a demandé monsieur Sonoda d’une petite voix. Je veux juste signaler que je suis en vie. »

Le récit se passe de nos jours à Kamakura, une petite ville au sud de Tokyo. Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l’art difficile d’écrire pour les autres. Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir… Et c’est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre de réconciliations inattendues.

Une phrase pour qualifier le roman :

Ce récit parle avec beaucoup d’humanité et de délicatesse d’apprentissage, de l’exercice d’un métier exigeant, d’amitié, de transmission et de pardon.

Le plus :

Pour chaque commande d’écriture, l’auteur décrit avec minutie le travail de l’écrivain public : la rencontre, l’écoute de la demande, le travail de recherche, le questionnement, la rédaction et la lettre finale qui est proposée au lecteur écrite en français et en calligraphies japonaises.


Droit d’auteur : une nouvelle directive européenne

Cette directive européenne censée mieux rétribuer les médias et les artistes à l’ère du numérique a été adoptée par le parlement européen le 26 mars 2019. Rappelons toutefois qu’une directive n’est pas une loi, mais un ensemble d’objectifs que les pays doivent atteindre.

Les pays membres doivent maintenant adapter cette directive européenne sur le droit d’auteur à leur législation nationale. À suivre donc…

Pour comprendre les enjeux et les modifications à venir, voici une sélection d’articles à découvrir :


Journée nationale de l’accès au droit

Vendredi 24 mai 2019

Pour la 1ère année, le Conseil Départemental de l’Accès au Droit du Var (CDAD) participe à la « Journée nationale de l’accès au droit ». A cette occasion, des permanences gratuites d’écrivains publics (spécialisés dans l’aide à la rédaction des écrits administratifs et le soutien numérique) sont organisées tout au long de la journée du vendredi 24 mai 2019, sur les ressorts des TGI de Toulon et TGI Draguignan.


L’assemblée générale du 15 mars 2019

Ambiance calme et amicale pour cette huitième assemblée générale de l’association EPACA-sud… Un des temps fort fut la lecture du rapport moral rédigé avec conviction et humour par Olivier Duluc, président et lu avec brio par Brigitte Häberlein, vice-présidente. En voici un extrait :


[…] « La reconnaissance générale du métier est en chemin.
Si la patience est l’art d’espérer, les 11 membres fondateurs de l’association, issus du Diplôme Universitaire Écrivain public Auteur Conseil de l’Université du Sud-Toulon Var, ont peaufiné leur art sous la présidence d’honneur de Michèle Monte depuis 2011. Ils ont certainement compté parmi les éléments de séduction qui ont fait succomber le président actuel au charme de notre métier. Ainsi, noir sur blanc, Emmanuel Macron a couché son empressement de voir reconnaitre le métier et les formations d’écrivain public dans sa stratégie de lutte contre l’exclusion de septembre 2018.
Sur le plan universitaire, il était cependant à la traîne de notre présidente d’honneur car l’initial Diplôme Universitaire est devenu une licence professionnelle intervention sociale (accompagnement de publics spécifiques, parcours écrivain public – conseil en écriture) qui déroule actuellement sa première année à Toulon. C’est après la Sorbonne nouvelle de Paris, la deuxième licence professionnelle de France.
Sur le plan professionnel, le nombre de permanences institutionnelles et d’ateliers continue d’augmenter. Les adhérents ou sympathisants EPACA Sud agissent sur plusieurs départements du grand Sud avec notamment une vingtaine de permanences à vocation sociale dédiées au public et subventionnées par les collectivités. Une carte numérique en ligne recense toutes ces permanences et ateliers et ne demande qu’à être alimentée, améliorée et partagée.
Sur le plan politique, les dernières décennies ont accentué l’inégale répartition des richesses et affaibli le lien social. Notre profession qui œuvre pour bonne partie contre cette déshumanisation des rapports, bénéficie donc paradoxalement de la dégradation des services administratifs et de la dématérialisation galopante en même temps qu’elle la déplore. «  [ …]

La suite du rapport moral, le rapport financier,  le compte-rendu intégral et plus de photos sont en consultation dans l’espace adhérent…

Fidèle à ses engagements, L’assemblée a également invité tous les adhérents, les partenaires et amis d’EPACA à signer la pétition « pour un réel accompagnement de la dématérialisation » initiée par l’académie des écrivains de France

Pour approfondir la question, nous vous invitons également à lire l’article de libération.fr paru le 17 janvier 2019 « Le Défenseur des droits et des écrivains publics alertent sur la dématérialisation des services publics »  …


La profession d’écrivain public enfin reconnue?

Dans le dossier de presse du 13 septembre 2018 concernant « la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté », on peut lire à la page 20, chapitre LA RÉNOVATION DU TRAVAIL SOCIAL  : « depuis des années, le ciblage des politiques sociales a engendré des politiques de guichet qui ont eu pour effet d’augmenter les situations de non-recours et « … lire la suite

On peut lire également page 27 : « Une rénovation du travail social pour mieux accompagner les parcours de vie : ouverture des lieux de l’intervention sociale à toute la population ; transformation des formations du travail social pour développer les pratiques « d’aller vers » les personnes, création de nouveaux diplômes universitaires et de nouveaux métiers (écrivains publics, médiateurs sociaux, développeurs sociaux)« .

Lire le dossier dans son intégralité.   Nous avons toutes les raisons de nous réjouir de la reconnaissance de notre métier, par le Ministère des Solidarités et de la Santé. De même, l’accord du Ministère de l’Éducation Nationale pour l’ouverture à Toulon de la « Licence Professionnelle Intervention sociale : accompagnement de publics spécifiques Parcours Écrivain public – conseil en écriture » contribue largement à cette reconnaissance et conforte de fait la pérennisation à Paris 3 de la « Licence professionnelle Conseil en écriture professionnelle & privée Écrivain public. » Notre association constate aussi une évolution positive de la reconnaissance de la profession par les institutionnels du Var et des Bouches du Rhône. Ainsi, dans l’intérêt d’un public grandissant qui a recours aux permanences d’écrivains publics, continuons à œuvrer pour que la promesse de reconnaissance de notre métier se concrétise en 2019 ! Tel est le vœu que nous formulons, pour nos usagers et pour nous-mêmes, à l’approche de cette nouvelle année.