Profession

les défis de la dématérialisation

Dans le cadre du colloque international « Communication État – Citoyens », Michèle Monte, Franck Danger et Sophie-Émeline Jouanny ont animé une conférence intitulée

Écrivains publics et rédacteurs dans les institutions publiques : les défis de la dématérialisation

« Cette conférence s’appuie sur l’expérience de deux écrivains publics intervenant dans la licence professionnelle Écrivain public et conseil en écriture de l’Université de Toulon pilotée jusqu’en 2020 par Michèle Monte. Franck Danger analyse les effets de la dématérialisation sur les publics fragiles et les modifications que cela entraîne sur le métier d’écrivain public. Puis Sophie-Émeline Jouanny présente le travail innovant qu’elle a pu développer à la CAF en tant qu’écrivaine publique missionnée pour aider les rédacteurs des courriels. Après avoir précisé la spécificité des courriels, elle expose les principes qui gouvernent la conception des modèles qu’elle propose aux rédacteurs et analyse deux exemples en mettant en évidence l’orientation vers l’usager qui sous-tend le modèle. »


Interview de Patrick Pinchot, écrivain public-biographe

 À 5h21, ce jeudi 30 septembre, Patrick Pinchot était bien réveillé pour répondre aux questions de Mathilde Munoz, animatrice de l’émission « Déjà debout » sur France Inter.

Patrick est écrivain public-biographe à Digne-les-Bains. Il est également membre du SEP Provence depuis 2019. Il réussit à dire beaucoup en peu de temps sur son métier. Son discours est précis. Sa voix est chaleureuse et son sourire traverse les ondes.  

Un coup de fil revigorant pour démarrer ou finir la journée !


Le SEP provence

L’histoire débute en 2016. Cyril Zamora et Nicole Fauconnier, tous deux membres d’EPACA-sud, réunissent des écrivains publics des Alpes-de-Haute-Provence et créent leur association : le SEP Provence.

Leur objectif  est de créer des permanences itinérantes d’écriture publique gratuites pour les utilisateurs à l’échelle de certains territoires pour l’aide aux démarches administratives et la médiation numérique.

En 2016 et 2017, des permanences d’écrivains publics rémunérées sur des fonds issus du contrat de ville ont été créées  au CCAS de La Ciotat et dans une maison de quartier.

Puis en 2019, Patrick Pinchot, écrivain public dignois a rejoint l’équipe et s’est investi dans une nouvelle dynamique de rencontres et de présentation du SEP Provence dans le département.

En août 2020, le SEP Provence a signé un contrat avec le groupe La Poste, afin d’améliorer l’accueil, le soutien et l’accompagnement des publics en situation vulnérable lors de la réalisation d’opérations bancaires et postales, pour des permanences de médiation sociale et numérique au bureau de Poste de Manosque.

Dans la salle publique, Nicole Fauconnier propose spontanément son aide aux clients, qu’ils soient en difficulté pour utiliser les automates, remplir un formulaire, utiliser les applications numériques de la Banque Postale sur leur téléphone ou sur leur tablette, joindre les services d’assistance téléphonique, etc. Elle intervient aussi à la demande du personnel postal avec qui elle travaille en étroite collaboration. Parfois elle est amenée à rédiger des courriers pour eux, concernant les multiples services de la Poste ou d’autres institutions.

Le contrat a été reconduit en 2021. C’est une très bonne nouvelle !


Festival de Mouans-Sartoux 2022

Toujours la vie invente !

« C’est sur ce thème résolument positif que nous vous attendons pour 3 jours de rencontres, de spectacles, de films, de concerts, de lectures avec les auteurs
et autrices que vous aimez !
Et surtout l’immense plaisir de nous retrouver.
Pour encourager ces retrouvailles, car nous avons un peu perdu l’habitude de sortir, nous vous avons concocté un programme de folie, où chacun pourra trouver son bonheur !

Et le festival sera entièrement gratuit : entrée, débats, entretiens, lectures, (sauf les films ).
Il se déroulera dans les espaces habituels.
Sur le thème Toujours la vie invente, nous imaginerons le monde de demain, les solutions pour s’adapter au monde qui change sous nos yeux et inventer l’avenir.
Autour de nos 300 invité.es, avec nos 270 bénévoles et tous nos partenaires,
c’est la vie qui revient ! »


Marie-Louise GOURDON
Commissaire du Festival du livre
Maire adjointe à la culture de Mouans-Sartoux


Biographies hospitalières

Découverte de  l’association « Passeurs de Mots, Passeurs d’Histoires »

 

« La biographie hospitalière est avant tout de l’ordre de la relation et de la rencontre.

Il s’agit de proposer à la personne gravement malade, suivie par une équipe soignante, de raconter à un biographe hospitalier (professionnel et faisant partie intégrante de l’équipe) des épisodes de son histoire et de recevoir gracieusement (lui-même ou un proche désigné) le récit de sa vie sous forme d’un très beau livre relié par un artisan d’art.

Quand une minute en compte cent. Quand on peut se sentir inutile, perdu, fragmenté. Ou bien que l’on s’ennuie, que l’on ressasse, que surgissent de la maladie grave et de son chaos des questions existentielles comme Qui suis-je ? Qu’ai-je fait de ma vie ? Où vais-je ?… et que Demain reste un point d’interrogation,

la démarche de la biographie hospitalière peut être, en complément du travail quotidien de tout un service (oncologie, hématologie, neurologie, pneumologie, unité de soins palliatifs…), un début de réponse, un soulagement, une « fenêtre rose », un pas vers soi.

Et faire un pas vers soi lorsque l’on a la sensation de ne plus vraiment s’appartenir, de ne plus se reconnaître, « de ne plus être maître à bord » permet souvent de se sentir rassemblé « de l’intérieur », de retrouver sa verticalité et de vivre dans un souffle nouveau.

Que dire également de cette possibilité donnée, via sa relecture de vie, de pouvoir se réinventer, se reconfigurer et transmettre à ceux que l’on va quitter un jour, sa réalité, sa vison du monde et d’être dans la sensation de rester vivant grâce à son livre ?

« Grâce au livre je suis éternelle (grand sourire) et je serai toujours vivante ! », des mots qui résonnent encore dans les couloirs d’un service d’oncologie…»

Valéria Milewski, fondatrice de l’association Passeurs de Mots, Passeurs d’Histoires

« Inviter le narrateur à faire le récit de sa vie, c’est l’inviter à donner de la cohérence, de l’unité et du sens à sa vie». Paul Ricoeur – Temps et récits

Comment devenir biographe hospitalier ?

À retenir :

  • L’activité du « Passeur de mots, passeur d’histoires » est une activité professionnelle, et le biographe reçoit une rémunération.
  • La prestation est offerte au patient par le service ou par l’institution.
  • Le biographe s’engage à suivre une formation et à respecter la charte « Passeurs de Mots, Passeurs d’Histoires »

En quelques chiffres :

  • 2007 : 1ère expérience de biographie hospitalière (CH de Chartres)
  • 2010 : Création de l’association
  • + de 1000 biographies remises à des proches
  • 58 passeurs (biographes hospitaliers) formés
  • 17 établissements mettent en œuvre la « carebiographie »

À voir :

 

Prochains objectifs  de l’association : La « carebiographie »

– Faire reconnaître le métier  : construire un DIU (Diplôme Inter Universitaire) et un référencement métier. Échéance → septembre 2023.

– Animer une communauté : améliorer les pratiques, construire une offre d’accompagnement des équipes, valoriser les initiatives en région et dans les pays francophones.

– Former les biographes : expérimenter un parcours de formation certifiante. Échéance → septembre 2021.


Correspondances de Manosque 2021

Du 22 au 26 septembre 2021.

Vivifiant, éclectique, généreux… Découvrez le  programme complet du festival.

Zoom sur …

Dans le cadre du festival off, soulignons la présence d’une écrivaine publique, Alexandra Maillart. Elle « invite les passants à s’asseoir à sa table. Elle compose, à partir des mots des participants, des formes poétiques : poésie du quotidien, lettres d’amour, listes de courses, humeurs ou cris du cœur. Au fil des heures, elle imprime les textes sur des tickets de caisse, longs rubans de papier… Apparaissent alors des installations poétiques, les mots écrits se déploient, occupent l’espace, ils composent des poèmes inédits, éphémères et pluriels ».

Où et quand ?

  • Place de l’Hôtel-de-Ville.
  • Vendredi 24 septembre 15 h–19 h
  • Samedi 25 septembre 10 h–13 h et 15 h–19 h
  • Dimanche 26 septembre10 h–13 h et 15 h–18 h

Billetterie