Le Centre de documentation Économie finances

Difficultés financières, problèmes liés au logement, difficultés pour trouver un premier emploi… Il existe des aides pour les personnes particulièrement touchées par la crise sanitaire. Retrouvez toutes les informations sur le site du ministère de l’économie.

Le CEDF propose également un service de fiches gratuites en accès libre. Rédigées à partir de sources publiques fiables et vérifiées, ces fiches vous donnent accès de manière synthétique à l’essentiel de l’information documentaire sur plus de cent cinquante questions économiques et financières.Les sujets sont classés par ordre alphabétique (de Achat sur internet à Voyage à l’étranger) et permettent de faire le point sur une question du quotidien. C’est un outil utile, gratuit et actualisé.

 

Biographies hospitalières

Découverte de  l’association « Passeurs de Mots, Passeurs d’Histoires »

 

« La biographie hospitalière est avant tout de l’ordre de la relation et de la rencontre.

Il s’agit de proposer à la personne gravement malade, suivie par une équipe soignante, de raconter à un biographe hospitalier (professionnel et faisant partie intégrante de l’équipe) des épisodes de son histoire et de recevoir gracieusement (lui-même ou un proche désigné) le récit de sa vie sous forme d’un très beau livre relié par un artisan d’art.

Quand une minute en compte cent. Quand on peut se sentir inutile, perdu, fragmenté. Ou bien que l’on s’ennuie, que l’on ressasse, que surgissent de la maladie grave et de son chaos des questions existentielles comme Qui suis-je ? Qu’ai-je fait de ma vie ? Où vais-je ?… et que Demain reste un point d’interrogation,

la démarche de la biographie hospitalière peut être, en complément du travail quotidien de tout un service (oncologie, hématologie, neurologie, pneumologie, unité de soins palliatifs…), un début de réponse, un soulagement, une « fenêtre rose », un pas vers soi.

Et faire un pas vers soi lorsque l’on a la sensation de ne plus vraiment s’appartenir, de ne plus se reconnaître, « de ne plus être maître à bord » permet souvent de se sentir rassemblé « de l’intérieur », de retrouver sa verticalité et de vivre dans un souffle nouveau.

Que dire également de cette possibilité donnée, via sa relecture de vie, de pouvoir se réinventer, se reconfigurer et transmettre à ceux que l’on va quitter un jour, sa réalité, sa vison du monde et d’être dans la sensation de rester vivant grâce à son livre ?

« Grâce au livre je suis éternelle (grand sourire) et je serai toujours vivante ! », des mots qui résonnent encore dans les couloirs d’un service d’oncologie…»

Valéria Milewski, fondatrice de l’association Passeurs de Mots, Passeurs d’Histoires

« Inviter le narrateur à faire le récit de sa vie, c’est l’inviter à donner de la cohérence, de l’unité et du sens à sa vie». Paul Ricoeur – Temps et récits

Comment devenir biographe hospitalier ?

À retenir :

  • L’activité du « Passeur de mots, passeur d’histoires » est une activité professionnelle, et le biographe reçoit une rémunération.
  • La prestation est offerte au patient par le service ou par l’institution.
  • Le biographe s’engage à suivre une formation et à respecter la charte « Passeurs de Mots, Passeurs d’Histoires »

En quelques chiffres :

  • 2007 : 1ère expérience de biographie hospitalière (CH de Chartres)
  • 2010 : Création de l’association
  • + de 1000 biographies remises à des proches
  • 58 passeurs (biographes hospitaliers) formés
  • 17 établissements mettent en œuvre la « carebiographie »

À voir :

 

Prochains objectifs  de l’association : La « carebiographie »

– Faire reconnaître le métier  : construire un DIU (Diplôme Inter Universitaire) et un référencement métier. Échéance → septembre 2023.

– Animer une communauté : améliorer les pratiques, construire une offre d’accompagnement des équipes, valoriser les initiatives en région et dans les pays francophones.

– Former les biographes : expérimenter un parcours de formation certifiante. Échéance → septembre 2021.

Le SEP provence

L’histoire débute en 2016. Cyril Zamora et Nicole Fauconnier, tous deux membres d’EPACA-sud, réunissent des écrivains publics des Alpes-de-Haute-Provence et créent leur association : le SEP Provence.

Leur objectif  est de créer des permanences itinérantes d’écriture publique gratuites pour les utilisateurs à l’échelle de certains territoires pour l’aide aux démarches administratives et la médiation numérique.

En 2016 et 2017, des permanences d’écrivains publics rémunérées sur des fonds issus du contrat de ville ont été créées  au CCAS de La Ciotat et dans une maison de quartier.

Puis en 2019, Patrick Pinchot, écrivain public dignois a rejoint l’équipe et s’est investi dans une nouvelle dynamique de rencontres et de présentation du SEP Provence dans le département.

En août 2020, le SEP Provence a signé un contrat avec le groupe La Poste, afin d’améliorer l’accueil, le soutien et l’accompagnement des publics en situation vulnérable lors de la réalisation d’opérations bancaires et postales, pour des permanences de médiation sociale et numérique au bureau de Poste de Manosque.

Dans la salle publique, Nicole Fauconnier propose spontanément son aide aux clients, qu’ils soient en difficulté pour utiliser les automates, remplir un formulaire, utiliser les applications numériques de la Banque Postale sur leur téléphone ou sur leur tablette, joindre les services d’assistance téléphonique, etc. Elle intervient aussi à la demande du personnel postal avec qui elle travaille en étroite collaboration. Parfois elle est amenée à rédiger des courriers pour eux, concernant les multiples services de la Poste ou d’autres institutions.

Le contrat a été reconduit en 2021. C’est une très bonne nouvelle !

Palmarès du concours 2020

Cette année, les délibérations du jury se sont tenues à distance. Évidemment, nous avons regretté la convivialité de ce rendez-vous associatif attendu et la chaleur de nos débats. Il n’empêche… Les membres du jury ont analysé chacun de vos textes et les outils de communication ont permis de confronter les points de vue et de voter à distance.

Voici le palmarès. Nous espérons qu’il vous réserve quelques bons moments de lecture.

Nous aimerions tellement vous rencontrer lors d’une remise de prix. Mais tout est si flou…  Dès que la situation sanitaire s’éclairera, vous serez les premières et les premiers informés.

Concours de nouvelles « l’encrier renversé »

La revue l’encrier renversé organise son 33e concours de nouvelles, ouvert à tous du 1er janvier au 15 mai 2021 minuit.

Il est ouvert à tous les auteurs francophones résidant en France ou à l’étranger.

Aucun thème n’est imposé.

La participation est gratuite :

  • pour les abonnés à L’encrier renversé  en cours ou à venir,
  • pour les participants qui commanderont le numéro «Concours» 2021 (10 €), parution en mars 2022
  • pour les moins de 18 ans, qui auront à fournir la copie d’un document d’identité accompagnée d’une autorisation de participation signée de leur représentant légal,
  • pour les candidats domiciliés hors France métropolitaine, Corse et Monaco.

Pour les autres candidats la participation au concours est fixée à 5 € (chèque établi à l’ordre de L’encrier renversé)

Chaque auteur ne peut envoyer qu’une seule nouvelle inédite en quatre exemplaires.

La nouvelle ne devra pas excéder 22 500 signes soit environ 15 pages (définition du signe : lettre, chiffre, signe de ponctuation, symbole ou espace entre mots)

ADRESSE : L’encrier renversé (concours de nouvelle) – 9, hameau En Priou 81580 Cambounet-sur-Sor (France)

 

Le concours est doté de cinq prix en espèces (1 650 euros de prix) :

  •  le premier prix d’un montant de 1 000 euros 
  • le deuxième prix d’un montant de 300 euros, 
  • le prix Marie Schembré doté d’un montant de 200 euros récompensera l’un des auteurs participants résidant en Occitanie. 
  • le prix Lycéens doté d’un montant de 150 euros est  choisi par des élèves du lycée Borde Basse (Castres) et du lycée Soult (Mazamet).
  • NOUVEAU ! Le prix Jeune espoir doté d’un montant de 100 euros récompensera la meilleure nouvelle écrite par un auteur de moins de 18 ans à la date du 15 mai 2021. 

 Les dix premiers textes ainsi que ceux des lauréats du prix Marie-Schembré et du prix Lycéens seront publiés dans le numéro « Concours » 2021 de L’encrier renversé